Un tableau impressionnant...

Imprimer la pageImprimer la page || VERSION PDF: Enregistrer au format PDF

Voici une image impressionnante. S’agit-il d’un montage, d’un gag ? Comme ce tableau ne semble pas pouvoir coulisser de bas en haut, où est l’échelle qui a permis au professeur d’écrire tout en haut du tableau ?

Qu’importe, l’effet est là et on se complaît à essayer de déchiffrer l’une ou l’autre section de ce tableau qui n’a rien à envier au fameux papyrus Rhind.

La réputation d’un prof peut se forger par l’art avec lequel il remplit ses tableaux, que ce soit au niveau secondaire ou supérieur. Cet art éphémère, qui ne laisse pas de chef d’œuvre, peut marquer les esprits surtout lorsqu’il s’agit de mathématiques. Le tableau couvert de formules ésotériques est souvent associé à l’image du professeur Tournesol ou à celle du savant fou. Au niveau secondaire, où la prise de notes se base d’abord sur ce que le prof écrit, l’élève associe souvent et parfois à tort la structure du cours à celle du tableau.

Tout ceci cependant pourrait selon certains faire bientôt partie du passé. L’apparition des présentations et autres tableaux électroniques ont fondamentalement changé les règles de communication dans les classes et les auditoires. On ne charge pas une diapositive de présentation comme on pouvait charger et recharger voire saturer un tableau. La dia est figée au moment de sa présentation alors que le tableau vit et évolue avec le cours. Le tableau électronique, lui, tente de perpétuer ce que son ancêtre le tableau noir réalisait avec un certain succès depuis des siècles. Mais la taille de ces e-tableaux ne permet pas la réalisation de fresques grandioses.

Quelles sont les règles qui doivent présider à la réalisation d’un bonne présentation ? Nous nous contenterons, en nous limitant aux mathématiques, de reprendre ici les conseils prodigués par Till Tantau, le concepteur du package Beamer [1] LaTeX, à la page 31 du manuel d’utilisation.

[1] Beamer permet la réalisation de présentations à thèmes scientifiques. Il est très répandu dans les milieux académiques où on le préfère à Powerpoint.

Mis en ligne le 10 mars 2011 par Vermeiren Hugues