Mélanie Bertelson à propos de la journée Portes ouvertes du 2 mars 2011 à l’ULB

Imprimer la pageImprimer la page || VERSION PDF: Enregistrer au format PDF

Bonjour Francis,

voici comme promis un petit résumé de la présentation de math à la JPO du 2 mars. J’essaye d’être aussi fidèle que possible aux évènements, mais il y a certainement des lacunes.

- Il y avait entre 10 et 15 personnes (dont deux parents accompagnant leur fille).
- L’exposé que j’ai donné et qui se trouve en pièce jointe est un peu différent de celui de la journée ``si tu aimes les maths..." car l’état d’esprit n’est pas le même et la durée de l’exposé non plus (1 heure dans la cas de la JPO). Notamment je n’ai presque pas parlé de moi ni du tout de polytechnique.
- A la fin de l’exposé, j’ai eu assez bien de questions et nombreux sont ceux qui sont ensuite venus me parler de leur situation personnelle.
- Notamment, un étudiant en BAC1 polytechnique se dit très déçu des études de polytechnique car il aime les maths et trouve que celles qu’il apprend en ce moment ne sont pas intéressantes et trop faciles. Il me disait aussi qu’il voudrait entamer des études de maths, mais que ses parents (ingénieurs de père en fils) ne veulent pas. (Je luis ai par la suite transmis des informations écrites sur les carrières et débouchés en math.)
- Une autre étudiante, qui assistait à la conversation ci-dessus me dit qu’elle aime les maths et qu’on lui dit de faire polytechnique parce que les débouchés sont meilleurs et qu’elle ne sait plus que penser (je lui ai suggéré de demander des statistiques pour les débouchés en polytechnique, du genre de celles que nous fournissont).
- Un jeune homme d’origine italienne me dit qu’il a toujours rêvé de faire les maths, qu’il a fait des études de langues en Italie, travaille actuellement comme interprète indépendant à Bruxelles, ce qui lui laisse assez bien de temps libre. Il envisage d’entreprendre des études de maths et me demande si je pense que c’est possible en ne venant pas systématiquement au cours. Je lui ai répondu que la présence au cours n’est pas obligatoire, que seule la réussite de l’examen compte. Je lui ai parlé de Thomas Bitoun (qui avait choisi de ne pas venir ni au cours ni au TP) et j’ai conclus en lui disant que la réussite est possible, mais que cela dépendra de lui.
- Une étudiante me dit qu’elle hésite ente math et musique et me demande un conseil sur la meilleure méthode pour faire les deux ensemble soit successivement soit ensemble,...
- Un jeune garçon me dit qu’il est intéressé par une multitude de choses (poèsie, musique, biologie) notamment mathématique et physique ...

Voilà, je pense, comme toi, qu’il serait bon de tenter de mettre à jour la liste de nos anciens étudiants et leur parcours. Peut-être faudrait-il mettre en place un mécanisme qui permettrait de rester en contact avec ceux qui quittent ? (A long terme, cela risque d’être plus facile que de les retrouver une fois tous les dix ans).

On peut télécharger la présentation de Mélanie Bertelson à la journée Portes ouvertes en cliquant sur l’icone Présentation Mélanie Bertelson JPO2011

Mis en ligne le 30 avril 2011 par Charlotte BOUCKAERT