Les cours clandestins à l’ULB

mis à jour le 13 septembre 2009
Imprimer la pageImprimer la page || VERSION PDF: Enregistrer au format PDF

Le 24 novembre 1941, l’Université Libre de Bruxelles décide de fermer ses portes, ne voulant pas se plier aux exigences de l’occupant. Très vite, étudiants et professeurs s’organisent pour pouvoir continuer à poursuivre leurs études : les cours clandestins étaient nés ! Ils seront donnés pendant toute la guerre.

Françoise Laporte, dont le témoignage a été recueilli par monsieur Van Mol, president d’Hisciwab, est la maman de Madeleine Festraets

On peut télécharger ici le témoignage de Madame Françoise Laporte en cliquant sur l’icone Cours Clandestins ULB.


Article paru dans la revue TILIA, Espace Memoire/ Centrum voor Lokale Geschiedenis, Rue Grates/Gratesstraat, 7 - 1170 Bruxelles/Brussel, 02/672 77 34, tilia@wb.irisnet.be

Tilia est la revue de Espace Mémoire de Watermael-Boitsfort, responsable de la revue : Nathalie Trif ( tilia@wb.irisnet.be) , éditrice responsable : Anne Depuyt (échevine de la culture).


Lire aussi la brève Cours clandestins à l’ULB

Mis en ligne le 13 septembre 2007 par Charlotte BOUCKAERT