LaTeX dans les nuages...

Google développe son Web based LaTeX Editor/Compiler
Imprimer la pageImprimer la page || VERSION PDF: Enregistrer au format PDF

On se rappelle peut-être que dans cette rubrique avait été posté un article décrivant les capacités LaTeX des Google docs. Cette initiative de la société de Mountain View permettait enfin la rédaction en ligne de documents scientifiques d’un certain niveau.

Il y a quelques mois, Google semblait entamer une courbe rentrante : son traitement de texte en ligne ne permettait plus l’édition d’expressions mathématiques utilisant la syntaxe LaTeX. C’est très pudiquement que Google annonçait en remarque sur ses pages d’aide : « l’éditeur d’équations ne fonctionne pas avec LaTeX », alors qu’il aurait fallu préciser « ne fonctionne plus ».

La nouvelle version de l’éditeur d’équation des Google docs ressemble à ce qu’on trouve sur tout logiciel de traitement de texte grand public :

On pouvait donc se poser la question de savoir pourquoi Google abandonnait une option aussi puissante, option qui était plus que défendable d’un point de vue pédagogique car étant susceptible d’encourager les débutants à basculer dans l’univers LaTeX. Etait-ce une question d’utilisation de licence ?

La réponse à cette question tient en quelque mots. Google prépare une version Web d’éditeur/compilateur LaTeX : le LaTeX Lab. Tout détenteur d’un compte Google pourra sauvegarder ses documents TeX dans ses Google.docs . La compilation pourra se faire en ligne sur des serveurs ou localement (MikTeX, TeXlive). Un sortie pdf fera bien sûr partie de la panoplie des outils disponibles.

Lors du lancement de l’application, un fenêtre précise bien que c’est encore de développement qu’il s’agit :

Remarquons que l’idée de travailler en ligne (cloud computing) sur des documents TeX n’est pas neuve. Signalons, par exemple :

  1. Monkey TeX
  2. ScribTeX,
    A la compilation, le pdf de sortie est automatiquement téléchargé.
  3. Verbosus

Les spécialistes se poseront de nombreuses questions : les packages sont-ils mis à jour [1], sont-il ceux qu’on trouve sur CTAN, quelles sont les caractéristiques du compilateur on line, quels sont les formats de sortie, etc.

On appréciera aussi diversement le degré de convivialité des interfaces. ScribTeX est franchement spartiate alors que Verbosus propose en plus de la fenêtre d’édition, une fenêtre de sortie (pdf) et une fenêtre pour le fichier log. Le confort de l’éditeur Kile (Linux) n’est pas pour tout de suite dans l’univers du Cloud Computing !

Enfin, un aspect à ne pas négliger est celui du prix des ces services. ScribTeX propose gratuitement ses services aux utilisateurs qui se contentent d’un espace de 50Mb. Pour 600Mb, il faut débourser 6$ par mois. Les fichiers TeX, qui sont des fichiers ASCII, ne sont pas bien lourds, mais gare aux images... Verbosus limite le nombre de ressources pouvant être exploitées (4 projets, 4 images, etc), sinon il en coûte 3$ par mois. On peut imaginer que Google [2], fidèle à sa stratégie (qui est quand même commerciale), fournira un service de base gratuit.

A la lumière de tout ceci, on voit qu’on peut désormais produire un document LaTeX à partir de n’importe quel ordinateur connecté à Internet. On est même déjà plus loin : l’application Androïd VerbTeX permet d’utiliser Verbosus directement sur un téléphone portable : des fois que vous vous ennuieriez en attendant votre bus...

[1] à ce jour, ScribTeX propose les packages de TeXlive 2009

[2] Google prosose un espace de 1Gb pour ses services de base (Google.docs, Picasa)

Mis en ligne le 31 octobre 2010 par Vermeiren Hugues