Deux belges figurent au top mondial des mathématiques : Jacques Tits et Pierre Deligne.

Imprimer la pageImprimer la page || VERSION PDF: Enregistrer au format PDF

Le 30 mars 2008. Communiqué par la Belgian Mathematical Society.

Contact : Francis Buekenhout, fbueken@ulb.ac.be, 010613510

Jacques Tits obtient le Prix Abel : la Belgique au sommet des mathématiques mondiales ... avec la France et les Etats-Unis.

La plus haute distinction mathématique mondiale, le Prix Abel 2008, est décernée en partage, à Jacques Tits, belgo-français et à l’américain John Thompson. Ce prix d’un montant de 700.000 euros sera remis aux lauréats à Oslo, le 20 mai prochain, par Sa Majesté le roi Harald de Norvège.

Jacques Tits est né le 12 août 1930 à Uccle, une commune de la banlieue sud de Bruxelles. Il s’est retiré de sa chaire au Collège de France à Paris en 2000, et est depuis professeur honoraire.

Son père était mathématicien, et c’est à un âge précoce que le talent mathématique de Jacques s’est révélé. À l’âge de trois ans il résout déjà toutes les opérations d’arithmétique, et saute plusieurs années au cours de sa scolarité. Jacques n’a que 13 ans quand son père décède. Sa famille ayant peu de ressources, il devient répétiteur d’élèves de 4 ans ses aînés pour contribuer aux dépenses domestiques. À l’âge de 14 ans, il se classe premier à l’examen d’entrée en Sciences Appliquées à l’ Université Libre de Bruxelles ce qui lui permet d’entamer les études de Sciences Mathématiques. Dès l’âge de 15 ans, il obtient ses premiers résultats notables qui sont publiés en 1949. Il obtient son doctorat en 1950, à l’âge de 20 ans. Il est Chercheur au FNRS. Jacques Tits est promu professeur à l’Université libre de Bruxelles en 1962 ; il reste à ce poste deux ans avant d’accepter une chaire à l’ Université de Bonn en 1964. En 1973 il déménage à Paris et occupe la Chaire de Théorie des Groupes au Collège de France. Peu après, en 1974, il est naturalisé Français. Il est resté titulaire de cette chaire jusqu’à sa retraite en 2000. Jacques Tits est membre de l’Académie des Sciences (France) depuis 1974. En 1992 il est élu membre de la National Academy of Sciences aux États-Unis et de l’American Academy of Arts. De plus il est membre de l’Académie royale de Belgique et de l’Académie des Sciences des Pays-Bas. Il a été honoré du titre de docteur honoris causa des universités d’ Utrecht, Gand, Bonn et Louvain.

Tits a reçu de nombreuses distinctions telles que le prix Wolf (1993), le Prix Empain (1955), la médaille Georg Cantor (1996), le Prix décennal des sciences mathématiques du Gouvernement belge (1965) et le Prix Adolphe Wettrems (1958). En France, il a été nommé Chevalier de la Légion d’Honneur en 1995 et Officier de l’Ordre National du Mérite en 2001. Outre ses recherches en mathématiques, Tits a joué un rôle majeur dans la vie mathématique internationale. Il a été rédacteur en chef de publications mathématiques à

l’Institut des Hautes Études Scientifiques (France) de 1980 à 1999. Il a siégé au comité d’attribution de la médaille Fields en 1978, et de nouveau en 1994. Il siège depuis 1985 au comité d’attribution du prix Balzan. Les publications de Jacques Tits contiennent un nombre remarquable d’idées mathématiques fondamentales et d’avant-garde, qui en font l’un des mathématiciens les plus influents et les plus originaux de notre temps. Jacques Tits s’est illustré avant tout par une monumentale Théorie des Immeubles qui apporte un éclairage géométrique à la Théorie des Groupes notamment les groupes de Lie et les groupes finis. Il est l’expert par excellence du groupe E8 qui sert aujourd’hui de toile de fond à une version récente de la Théorie du tout en Physique.

Jacques Tits possède de nombreux disciples en Belgique tels que Francis Buekenhout, Bernhard Mühlherr, Jean- Pierre Tignol, Hendrik Van Maldeghem et des membres de leurs équipes.

Le pays devrait frémir d’aise à cette nouvelle mais le procès d’ un tueur en série et l’actualité sportive monopolisent l’attention générale. Disons-le : avec le Prix Abel, c’est comme si nous étions champions du monde. Magique !

John Thompson est né en 1932 dans le Kansas. Il fut l’élève du grand Saunders Mac Lane (1909-2005). Il fit carrière à l’ Université de Chicago, puis en Europe à l’Université de Cambridge durant 23 ans et présentement à l’ Université de Floride où il demeure actif à 76 ans. La mathématique, reine et servante des sciences, ne donne pas lieu à un Prix Nobel, une lacune commentée sans relâche et finalement résolue par l’Académie norvégienne des Sciences et des Lettres qui créait un prix parallèle à partir de 2003 en lui donnant le nom illustre de Niels Henrik Abel (1802-1829), une figure tragique et romantique qui marque les mathématiques dans leurs développements actuels.

Comme un bonheur ne vient jamais seul, un autre très grand mathématicien belge est l’objet récent d’ un prix de grand prestige. Il s’agit du Prix Wolf de Mathématique 2008, attribué au Vicomte Pierre Deligne, Professeur à l’ Institute for Advanced Study à Princeton. Deligne est né à Etterbeek (Bruxelles) le 3 octobre 1944. Il étudia à l’Université Libre de Bruxelles (licencié en 1966) puis à l’Ecole Normale Supérieure à Paris. Il fut Professeur au célèbre IHES de Paris dès 1970, succédant au glorieux Alexander Grothendieck et Professeur à Princeton à partir de 1984. Il est titulaire de la prestigieuse Médaille Fields 1978 et du Prix Balzan (2004) d’un montant d’un million de francs suisses avec un éloge prononcé par Jacques Tits. Membre de l’Académie des Sciences de Paris, de l’Académie Américaine des Arts et des Sciences, de l’Académie royale de Belgique. Docteur honoris causa de la Vrije Universiteit Brussel. Pierre Deligne partage le Prix Wolf avec l’américain Phillip Griffiths et l’anglo-américain David Mumford. Le prix d’un montant de 100.000 dollars sera remis à la Knesset à Jérusalem, le 25 mai 2008.

En Belgique, la recherche mathématique est d’un niveau international reconnu dans diverses directions, au sein des Universités, au sein des institutions de recherche comme le FNRS et le FWO, au sein des Académies et au sein de la Belgian Mathematical Society qui en est un rouage majeur. Cette recherche à la fois fondamentale et appliquée contribue de manière essentielle et peu coûteuse au développement durable comme le prouve l’histoire d’au moins 3.500 ans. Le mathématicien est prisé dans une foule de métiers qui explose : banque, assurance, sécurité informatique, recherche médicale, recherche pharmaceutique, consultance ...

Si tu aimes les maths ... fais les maths ! Comme Tits et Deligne !

Mis en ligne le 31 mars 2008 par Charlotte BOUCKAERT