Conférences Altaïr

Imprimer la pageImprimer la page || VERSION PDF: Enregistrer au format PDF

Madame, Monsieur, chers collègues,

Veuillez trouver ci-joint l’annonce des deux prochaines conférences Altaïr, Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques :

Samedi 5 octobre 2019, 10h à 12h Marwan Rashed (Sorbonne Université) "L’intuitionnisme des philosophes grecs et arabes"

JPG - 61.5 ko

Samedi 12 octobre 2019, 10h à 12h Emmanuel Fort (Institut Langevin, ESPCI Paris) "Dualité onde - particule à l’oeil nu : l’étrange comportement d’une goutte rebondissante"

JPG - 595.3 ko

Il y a près de trois siècles, Newton suggéra que des particules de lumière produisaient des ondes dans un milieu éthéré comme une pierre ricochant génère des ondes dans l’eau, leur mouvement étant alors affecté par ces ondes. Newton tentait ainsi de réconcilier dans une même entité les propriétés ondulatoires et corpusculaires de la lumière, a priori incompatibles. Avec l’avènement de la mécanique quantique au XXème siècle, il est apparu que toutes les particules à l’échelle microscopique, de lumière aussi bien que de matière, possédaient cette nature duale, se comportant tantôt comme une onde, tantôt comme une particule. Néanmoins, toutes les tentatives reprenant les caractéristiques de la métaphore de Newton où les particules sont guidées par leur propre onde n’ont pu aboutir. Une des difficultés de ces théories réside dans l’absence d’équivalent macroscopique sur lequel s’appuyer.

Avec mon collègue, Yves Couder, nous avons découvert il y a quelques années un objet macroscopique singulier possédant une forme classique de dualité onde-particule. Cet objet est composé d’une goutte rebondissant sur un bain vibré verticalement qui est auto-propulsée à la surface du bain, pilotée par les ondes qu’elle produit lors de chaque rebond. Habillée de son onde pilote, cette goutte forme un objet symbiotique, que nous avons appelé « marcheur » qui possède une dualité onde-particule « classique ».

Ce marcheur possède plusieurs caractéristiques que l’on croyait spécifiques au domaine quantique : l’apparition inattendue d’un principe d’incertitude et de comportements quantifiables à l’échelle macroscopique. Cette dualité est basée sur une forme de mémoire contenue dans le champ d’onde produit par les rebonds successifs de la goutte. Lors de mon exposé, je présenterai quelques exemples de comportements analogues aux comportements observés dans des expériences historiques de mécanique quantique et je discuterai de cette forme de dualité originale qui nous entrainera sur des considérations fascinantes d’espace et de temps, de causalité et de retournement temporel.

Auditoire E (Forum, Campus Plaine) Entrée : 5 EUR, gratuit pour les étudiants et les membres Altaïr

Mis en ligne le 30 septembre 2019 par Charlotte BOUCKAERT