Laboratoire de Glaciologie - ULB

Home > News


Home
News
Staff
Publications
Projects
Lab
Field work
Cours
Contact
Sitemap
 

07.11.2013: Return to Antarctica with IceCon

Follow the IceCon expedition from 15 November to 23 December 2014 to the Princess Elisabeth Station, Antarctica via the blog: http://icecon2012.blogspot.com

20.06.2013: ULB glaciologist again on winter expedition in Antarctica: AWECS

Follow Jean-Louis TISON (ULB) on http://awecs.blogspot.be/ from 15 June 2013 - 16 August 2013 on borad the Polarstern.

06.06.2013 Publication dans la revue Nature: Une importante étude réalise la synthèse des dernières avancées technologiques pour prédire avec plus de précision l'impact du changement climatique sur la perte de masse des calottes glaciaires

Selon un groupe de spécialistes du changement climatique sous la houlette de l'Université de Sheffield, les progrès en matière de modélisation permettent de se faire une meilleure idée de l'évolution future des calottes glaciaires, et l'élévation du niveau des mers causée par la fonte des glaces en Antarctique pourrait être deux fois moindre que ce qu'annonçaient d'mportantes études publiées ces dernières années. Pour la première fois, des chercheurs provenant de douze centres spécialisés du monde entier (dont l'ULB et l'ULg) se sont penchés ensemble sur les progrès réalisés en matière d'observation et de modélisation des variations de masse des calottes glaciaires. Leurs conclusions ont confirmé des résultats récents selon lesquels la contribution de la fonte de l'inlandsis antarctique à l'élévation du niveau des mers serait deux fois moindre qu'annoncé précédemment, une bonne nouvelle pour le futur. Toutefois, elles ont également corroboré d'autres résultats montrant une importante perte de masse de l'inlandsis groenlandais, que les chercheurs estiment deux fois supérieure à celle de l'Antarctique.

http://www.nature.com/nature/journal/v498/n7452/full/nature12238.html

10.05.2013: Publication dans la revue Nature : De nouvelles techniques mettent en évidence accélération de lécoulement des glaciers du Groenland et son impact sur l'élévation du niveau des océans

Un nouveau modèle perfectionné mis au point dans le cadre du programme ice2sea financé par l'UE nous permet de mieux évaluer la vitesse à laquelle la glace du Groenland avance et se déverse dans la mer. Alors que le processus de fonte de la glace superficielle des glaciers du Groenland est bien connu, les effets du phénomène complexe de l'écoulement glaciaire et la contribution en eau qui en découle n'ont pas encore été examinés en détail jusqu'à présent. Le réchauffement de la terre et des mers accélère non seulement la fonte de la glace, mais également la fréquence à laquelle des pans entiers de glace se détachent du front des glaciers et s'écroulent dans la mer. Jusqu'à présent, il était difficile pour les chercheurs de traduire ce processus en un modèle capable de réaliser des projections de l'élévation du niveau des mers, mais c'est maintenant chose faite : nos scientifiques ont réussi à l'intégrer dans un modèle informatique spécialement étudié pour s'appliquer aux glaciers émissaires à écoulement rapide. Cette nouvelle technique permet de mieux comprendre le phénomène et le nouveau modèle indique que le flux glaciaire de tous les glaciers du Groenland pourraient contribuer à une élévation de 4 à 9 cm du niveau de la mer d'ici 2100. Si l'on ajoute à ce chiffre l'estimation de la fonte des glaces du Groenland, on obtient une contribution totale à l'élévation du niveau de l'eau de 7 à 18 cm d'ici 2100.

http://www.nature.com/nature/journal/v497/n7448/full/nature12068.html

23.01.2013: Greenland ice core reveal warm past temperatures

A new study that provides surprising details on changes in Earth's climate from more than 100,000 years ago made possible by an international team of researchers by analyzing a new deep ice core from the Greenland ice sheet indicates the last interglacial period may be a good analog for where the planet is heading in the face of increasing greenhouse gases and warming temperatures. The new results from the NEEM deep ice core drilling project in north Greenland led by the University of Copenhagen shows that 130.000 to 115.000 years ago during the Eemian interglacial, the climate in North Greenland was about 8 degrees Celsius warmer than at present. Despite the strong warming signal during the Eemian - a period where the seas were roughly four to eight meters higher than today - the surface in the vicinity of NEEM was only a few hundred meters lower than its present level, which indicates the Greenland ice sheet may have contributed less than half of the total sea rise at the time.

http://www.nature.com/nature/journal/v493/n7433/full/nature11789.html

20.08.2012: ULB scientists on Antarctic winter expedition: YROSIAE

Follow ULB glaciologists Jean-Louis TISON and Jiayun Zhou on an Antarctic expedition during the polar night at Scott Base.

http://yrosiae.blogspot.co.nz/?view=snapshot

https://www.facebook.com/Yrosiae

01.01.2012: Ice Rises in Antarctica

Denis Callens, PhD student at the Laboratoire de Glaciologie, is currently joining the Norwegian Antarctic Research Expedition (NARE) to Troll Station to carry out radar and GPS work on ice rises in the coastal area (contact between the Antarctic ice sheet and the ocean). This field work fits within a collaboration between Frank Pattyn of the Laboratoire de Glaciologie and Kenny Matsuoka (field and project leader) of the Norwegian Polar Institute. Kenny has on two occasions joined the ULB team in the field. You can follow his adventures on the expedition blog, as well as on Facebook.

http://icerises.blogspot.com/

Retour d'Antarctique

Ils ont passé l'hiver en... Antarctique et sont à présent de retour en Belgique. Laboratoire à ciel ouvert pour les chercheurs en glaciologie, l'Antarctique est aussi un endroit privilégié pour récolter des météorites ! Retour sur les différentes expéditions.

Dans le cadre du projet Belissima, Frank Pattyn et Jean-Louis Tison (Laboratoire de glaciologie, Faculté des Sciences) ont effectué des recherches sur les plate-formes de glace flottante (Ice Shelf) le long de la côte Est de l'Antarctique, à 200 kilomètres de la base belge.

Respectivement par radio-écho sondage/modélisation et carottages, les deux chercheurs essaient de comprendre le phénomène d'écoulement de la glace continentale dans l'océan. Ce phénomène est susceptible de s'accélérer à la suite du réchauffement climatique et contribue à la montée des eaux.

Deux processus à l'œuvre ont été étudiés: une fonte de la glace au point de fusion entre la calotte et l'océan et un regel de l'eau lorsqu'elle se retrouve dans des crevasses. Il convient donc de faire la balance entre ces deux processus qui respectivement accélèrent et ralentissent le phénomène d'écoulement de la glace continentale dans l'océan. A noter que si ce processus d'interaction entre l'océan et la calotte glaciaire Antarctique était connu ailleurs sur le continent, il n'avait pas encore été analysé sur la côte Est. L'expédition a donc permis de montrer que ce processus n'est pas localisé.

Par ailleurs, Frank Pattyn s'est aussi intéressé au rôle des îlots rocheux du fond océanique côtier qui constituent des points d'ancrage ("ice rise") pour les plate-formes de glace à la dérive et qui contribuent donc à stabiliser la calotte. Ces ice rise qui fonctionnent actuellement chacun comme une "mini-calotte" ont-ils toujours existé ou sont-ils liés à la dernière glaciation ? Etaient-ils alors raccordés à la glace continentale de la calotte principale ancrée sur le lit rocheux en amont ? Ces interrogations sont au cœur des recherches menées à l'ULB.

(Violaine jadoul; Intralettre ULB - http://www.ulb.ac.be/intralettre)

20.10.2010: Le climat et ces controverses

Les 27 et 28 octobre se tiendra à Bruxelles (au Musée des sciences naturelles et à l'ULB) un colloque international sur les controverses climatiques. Frank Pattyn, directeur du Laboratoire de glaciologie (Département des sciences de la terre et de l'environnement, Faculté des Sciences) y exposera les incertitudes des prévisions de hausse du niveau des océans. Une question qu'il étudie via le projet européen ice2sea (du 7ème programme-cadre) dans lequel sont impliquées 23 équipes européennes en vue de réduire les incertitudes pour le prochain rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), prévu pour 2013.

"Nous cherchons à mieux comprendre les éléments clés dans la dynamique glaciaire pour améliorer les modèles utilisés. En effet, alors que certaines projections du GIEC parlaient d'une hausse de 3 mm par an et d'une hausse globale de 50 cm d'ici 2100, déjà aujourd'hui cette augmentation du niveau marin est supérieure à ces chiffres et la plupart des scientifiques sont d'accord pour dire qu'on va plutôt vers une hausse globale de plus d'un mètre à la fin du siècle", explique Frank Pattyn qui précise que si la hausse de plus de 2 m avancée par certains n'est "physiquement pas possible", il y a actuellement un écart de 30 à 40% entre ce qui est observé et la somme des différents facteurs qui contribuent à la hausse du niveau marin (l'expansion thermique, l'apport glaciaire, etc.).

Les recherches portent sur "la zone d'échouage (ou d'ancrage), c'est-à-dire le point où la calotte glaciaire touche l'océan et commence à flotter". Le processus principal dans la dynamique de ces glaces est l'attraction par l'océan, à savoir de l'eau chaude qui entre en contact avec la calotte et la fait fondre. Les modèles utilisés présentent de grandes lacunes dans ce domaine.

L'Institut de gestion de l'environnement et d'aménagement du territoire (Faculté des Sciences) participe également à ce colloque. Il étudie notamment l'adaptation aux changements climatiques avec la particularité d'articuler, dans une optique pluridisciplinaire, les analyses scientifiques et les questions politiques et médiatiques.

Plus d'infos: http://controversesclimatiques.eventbrite.com

(Intralettre ULB - http://www.ulb.ac.be/intralettre)

16.08.2010: Projet NEEM : un forage profond au Groenland

Des chercheurs en glaciologie de l'ULB participent au projet NEEM (North Greenland Eemian Ice Drilling). Le substrat rocheux a été atteint fin juillet au site de forage profond NEEM situé sur la calotte glaciaire du Groenland à 2537,36 m de profondeur.

L'Eémien est la dernière période interglaciaire et notre meilleur comparatif pour le climat futur: plus chaud qu'aujourd'hui, et le niveau de la mer cinq mètres plus haut,

Quel était l'état de réduction de la calotte glaciaire du Groenland il y a 120.000 ans et de combien et à quelle vitesse la calotte glaciaire a contribué à la hausse du  niveau de la mer à cette époque ?  Les chercheurs prévoient que leurs résultats accroîtront nos connaissances sur le système climatique à venir et augmenteront notre capacité de prédire la contribution du Groenland dans la hausse du niveau marin.

Des scientifiques de 14 pays ont participé à NEEM, le plus grand projet international de forage de carotte de glace à ce jour et notamment le laboratoire de Glaciologie de l'ULB. D'une part, par l'analyse future de la glace basale que l'on vient d'atteindre (J.L. Tison, PI) et d'autre part, par une modélisation des conditions basales autour du site de forage et la datation de la carotte de glace par modèles numériques (F. Pattyn, PI). Suivez ici les progrès réalisés dans le forage de NEEM.

(Act'ULB - http://www.ulb.ac.be/actulb/)

17.06.2010: Découvertes sous la calotte glaciaire

Etudier la dynamique des calottes glaciaires et des glaciers est important si l'on veut comprendre et prédire leur réaction aux changements climatiques. Or, malgré les récents progrès en matière d'observation satellite, les conditions sous glaciaires de la calotte polaire sont encore mal connues. Les principales incertitudes concernant les éléments de base, comme le champ de température, sont dues à une connaissance insuffisante des flux géothermique.

Frank Pattyn du Laboratoire de Glaciologie (Département des Sciences de la Terre et de l'Environnement,  Faculté des Sciences, ULB) présente une méthode hybride qui combine une modélisation numérique de la thermodynamique de la calotte glaciaire avec une simple technique d'assimilation de données afin de réduire les incertitudes dans ce flux géothermique. L'innovation est que, dans ce but, la répartition des lacs sous-glaciaires est utilisée. Les recherches sont publiées dans Earth and Planetary Science Letters.

(Act'ULB - Violaine Jadoul - http://www.ulb.ac.be/actulb/)

08.05.2010: Laboratoire de glaciologie at EGU in Vienna

14.04.2010: Paroles de chercheurs: Research podcasts of the ULB

Des glaces du Groenland à une nécropole de Louxor, des neurosciences à l’intelligence artificielle, les podcasts "Paroles de chercheurs" invitent les auditeurs à découvrir la recherche autrement.

Tous les 15 jours, un chercheur de l’ULB vous présente ses travaux dans une conversation à bâtons rompus avec un journaliste scientifique. En une dizaine de minutes et avec des mots simples, il vous fait entrer au cœur même de sa recherche et en décrit les perspectives concrètes.

First podcast: Prof. Jean-Louis TISON on Greenland NEEM drilling, ice cores and climate: http://www.ulb.ac.be/actulb/podcast.php?pc=1


  Home > News